Focus pathologie

Une femme sur deux souffrira d’ostéoporose après 80 ans. Une sur quatre dès ses 65 ans. Cette maladie osseuse qui fragilise le squelette est la cause de 130 000 fractures par an. Y compris chez les hommes, quoi qu’ils soient moins touchés. Spécialiste des troubles de l’appareil locomoteur, le chiropracteur accompagne les patients souffrant d’ostéoporose à tous les stades de la maladie.

 

Comprendre l’ostéoporose
Les os se régénèrent en permanence. Lorsque les cellules qui fabriquent l’os (les ostéoblastes) et celles qui le détruisent (les ostéoclastes) ne travaillent plus au même rythme, les os se déminéralisent et l’ostéoporose est susceptible de se développer. Or de nombreux facteurs peuvent mettre à mal cet équilibre de régénération de l’os, notamment le manque de vitamine D et une baisse de production des hormones sexuelles. Pour cette raison, l’ostéoporose touche principalement les femmes après la ménopause. Chez les hommes, la baisse de la testostérone est plus rarement la cause unique du développement de l’ostéoporose. Chez eux, la déminéralisation est le plus souvent la conséquence d’une maladie associée, telle l’hypertyroïdie, d’une corticothérapie ou de mauvaises habitudes de vie (alcoolisme, notamment).

Diagnostic et traitement médical de l’ostéoporose
Maladie sans symptôme, l’ostéoporose n’est souvent diagnostiquée qu’à la première fracture générée spontanément ou à l’occasion d’un traumatisme léger. Les personnes présentant un risque médical spécifique de développement de l’ostéoporose sont généralement diagnostiquée plus tôt, au terme d’un examen permettant de mesurer la densité minérale osseuse  (ostéodensitométrie). Lors de cet examen, le rachis et le col du fémur sont exposés à une faible quantité de rayons X. Chez la femme ménopausée, l’ostéodensitométrie est proposée en cas d’antécédents de fracture du col du fémur dans traumatisme chez le père ou la mère, en cas d’indice de masse corporel inférieur à 19, de ménopause précoce ou de corticothérapie longue.
Diagnostiquée, l’ostéoporose fait l’objet de mesures de soin préventives. Les carences en vitamine D et en calcium doivent être corrigées, par un régime alimentaire adapté et par supplémentation médicamenteuse autant que de besoin. La prise de médicaments peut compléter ces mesures préventives. Il est défini en fonction des facteurs individuels (âge, sexe, facteur de risques et existence d’autres maladies. Le biphosphonate, médicament destiné à renforcer la structure osseuse, est le plus communément prescrit. Quel que soit le traitement, celui-ci n’agit que sur les os, et non sur les symptômes, notamment la douleur.

Se faire accompagner par un chiropracteur
Auprès d’une personne souffrant d’ostéoporose, le chiropracteur peut intervenir à plusieurs niveaux. Il est en mesure d’évaluer le niveau de risque d’ostéoporose de ses patients et de leur conseiller les mesures diagnostiques utiles. L’ostéoporose diagnostiquée, le chiropracteur est l’allié du traitement de base de la maladie : conseils diététiques et activités physiques. Enfin, il peut soulager certains symptômes de l’ostéoporose, notamment les douleurs liées à des changements posturaux ou à des dysfonctions articulaires.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion